Skip to content

La 27ème édition du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO) s’est tenu du 16 au 23 Octobre sous le thème « Cinéma d’Afrique et de la diaspora, nouveaux talents, nouveaux défis ». Comme à chaque édition, plusieurs œuvres sont en compétition dans différentes catégories, allant des courts métrages aux longs métrages et documentaires. Dans cette dernière catégorie, se trouve le documentaire « Marcher sur l’eau », réalisé par Aïssa MAIGA. Ce documentaire relate l’histoire de Tatiste, un petit village au nord du Niger, et le combat de ses habitants pour obtenir un forage qui permettra de puiser cette ressource rare qu’est l’eau, profondément dans le sol désertique.

Des jeunes femmes pastorales, membres du réseau des femmes pastorales du Sahel en mouvement ont apporté un soutien considérable à la réalisation de ce long métrage qui touchait leur communauté, en particulier lors du tournage. Fort de cet impact, l’une d’elle du nom d’Aïssatou IBRAHIM, membre de l’Association Baàjol Pulaku du Niger, était présente lors des projections pendant le FESPACO, et a reçu le soutien de Tin Hinan..

A l’issu du Festival, ce documentaire reçoit le prix spécial UEMOA de l’intégration, Catégorie Documentaire qui se compose d’un trophée et d’un chèque de 5 000 000 de francs CFA. Vu l’importance de la thématique soulevée dans le documentaire, notamment le quotidien des populations pastorales, en particulier des femmes, Tin Hinan et le réseau des Femmes pastorales du Sahel en Mouvement ont été très heureux de pouvoir contribuer à relater cette réalité et mener ce combat pour un meilleur accès aux infrastructures vitales des communautés pastorales.

Des membres du réseau Tin Hinan après la projection du documentaire "Marcher sur l'eau", Vendredi 22 Octobre 2021

La 2ème Conférence Mondiale des Femmes Autochtones (2CMFA) a lieu chaque jeudi du 12 août au 02 septembre 2021 en ligne. Elle constitue un espace d’échange virtuel rassemblant divers participantes/participants venus du monde entier. Les objectifs visés par cette conférence sont entre autres d’approfondir les débats autour des stratégies de plaidoyer à adopter dans les instances de décision pour faire reconnaître les droits des femmes autochtones, en particulier face à toutes les formes de violences auxquelles elles sont confrontées. Elle vise également à examiner la situation des mouvements des femmes autochtones à différents niveaux, de sorte à renforcer leurs capacités et faciliter le réseautage entre elles et avec d’autres acteurs. Il est donc primordial pour Tin Hinan, en tant qu’organisation de femmes pastorales, de prendre part à cette conférence en faisant participer les femmes pastorales de son réseau ainsi que les bénéficiaires du projet « Les femmes pastorales du Sahel en Mouvement/Rewbé maroobé Umima/Tanakra Chat Adjama » en Partenariat avec la Fondation Just Society (FJS).

Pour garantir une participation effective de ces groupes de femmes à cette conférence inclusive de haut niveau, et malgré l’isolement géographique, l’insécurité, le manque d’accès aux réseaux internet téléphonique, à l’énergie, le contexte de pandémie. Tin Hinan a relevé ces défis par une approche adaptée. En effet, elle a organisé une session d’apprentissage et d’échanges pour permettre aux femmes de son réseau de ne pas être en marge de cet évènement qui prône les droits et le bien-être des femmes autochtones et dont pour cette semaine le slogan est « Rien à propos de nous, sans nous ». Ainsi, une session sur ZOOM a eu lieu le mercredi 18 août 2021 de 16h à 18h GMT, et a rassemblé au total 25 participants, dont 04 hommes (02 jeunes) et 21 femmes parmi lesquelles se trouvaient 15 jeunes filles.

À la fin de la session, les participantes/participants ont pris connaissance des agendas des différentes sessions de la conférence ainsi que des thèmes abordés et autres évènements prévus. Les capacités des cibles ont été renforcées en termes de communication (prise de parole, prise en main des plateformes virtuelles comme Zoom, familiarisation avec le site web de la 2CMFA). Les échanges fructueux ont permis à ces groupes de femmes d’être en mesure de suivre et participer à la session de la 2CMFA du jeudi 19 août 2021.

         

Un aperçu des participantes/participants à la session de préparation