Skip to content

Dr Mariam WALLET ABOUBACRINE, Ancienne présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones de l’ONU et Membre de TIN HINAN CANADA, décrit le projet Ărramăt dans une interview accordée au Magazine Hebdomadaire Escale de ONU Info.

Lire la suite de l'interview ici.

Le jeudi 31 mars 2022, une représentation de l’équipe de l’Association Tin Hinan a pris part à une session d'information en ligne concernant le Cadre de Suivi et de Coalition d’action du Forum Génération Egalité. Cette session d'information a été organisée par ONU Femmes ainsi que le groupe de travail sur le Cadre de redevabilité, et modérée par Lauren Whitehead, spécialiste aux questions de coalitions d’actions au département femmes des nations unies.  

Les différents thèmes abordés avaient pour objectif de mieux étayer la thématique Egalité Genre dans le monde. Des panélistes ont intervenus lors de cette session d’information, dont Julien Pellaux de la Direction Exécutive des Femmes des Nations Unies qui s'est exprimé sur la motivation des personnes de tout bord à l’engagement pour la cause de la femme. Il affirme de ce fait espérer voir plus d’engagement politique et d’investissements pour l’accélération et le progrès pour l’égalité femme homme.

Nous avons également Farzana Farouck, une jeune militante de 23 ans, qui exhorte toutes les femmes à s’engager dans la protection de l’environnement tout en gardant à l’esprit qu’elles doivent être actionnaire à part égale du cadre de redevabilité de l’action féminine et Papa Seck, chef de la section bases de données ONU Femmes qui a abordé le rapport annuel de la mise en œuvre des engagements pris lors du sommet des femmes en 2021 à Paris. Ses grands points s’articulaient sur les objectifs qui ont été fixés dans le plan d’accélération mondial, les états des évaluations de la mesure dans lesquels l’égalité des générations reflète le processus de transformation.

Après les présentations des panélistes, Svenja Siemonsen (ONU Femmes) a synthétiser les différentes interventions avant de donner la possibilité aux différents participants de poser des questions. Les débats qui en ont suivis ont permis de prendre connaissance de la volonté des autorités et des organisations à combattre ce fléau qu’est l’inégalité du genre dans le monde. La détermination à renforcer les méthodes et processus de travail, à améliorer la qualité de la communication et des plaidoiries ainsi qu'à soutenir les personnes vulnérables tout en défendant les droits de la gente féminine ont été les grands points sur lesquels étaient axés les débats. D'avantages d'efforts sont à consentir pour l'atteinte des objectifs fixés.

Participantes de Tin Hinane

Ărramăt est un nouveau projet financé par le Fond de Recherche Nouvelles Frontières (FRNF) du Canada de 2021 à 2027. Ce projet a été développé en réponse à la crise mondiale de la biodiversité et de la santé.

«Ărramăt est un mot tamasheq, la langue des Kel Tamasheq (du peuple Touareg) des régions du Sahel et du Sahara. Il signifie à la fois un état de bien être de l’environnement (ihenzuzagh), des animaux (irezedjen) et des personnes (edinet), ce qui reflète notre vision holistique du monde ». (https://arramatproject.org)

Plus de 150 organisations de Peuples autochtones, universités et autres partenaires travailleront ensemble pour mettre en lumière les problèmes complexes de la perte de biodiversité et ses conséquences sur la santé et le bien-être. L'équipe du projet adoptera une approche large et inclura de nombreuses visions du monde et différentes méthodes de recherche (c'est-à-dire intersectionnalité, interdisciplinarité, transdisciplinarité). Les activités seront menées dans 70 types d'écosystèmes différents, notamment spirituels, culturels et économiques, car ceux-ci sont également importants pour les populations autochtones.

Le projet est dirigé par les universitaires et militants autochtones Danika Billie Littlechild (Carleton), Mariam Wallet Aboubakrine (ancienne présidente de l'Instance permanente des Nations unies sur les questions autochtones et membre de Tin Hinane) et Sherry Pictou (Dalhousie University). John O'Neil (ancien doyen de la santé publique à Simon Fraser) et Murray Humphries (codirecteur du Centre pour les peuples autochtones, la nutrition et l'environnement à l'Université McGill) sont également les chercheurs principaux du projet. L'Université de l'Alberta est l'établissement principal du projet (dirigé par Brenda Parlee, chercheuse principale désignée).

L’Association Tin Hinane félicite l’équipe entière du projet Ărramăt dont elle fait partie, pour l’audace et la persévérance à proposer, enfin, un projet de recherche d’une telle envergure, co-dirigé par des autochtones, qui réhausse les savoirs traditionnels autochtones et met en avant leurs priorités.

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Mme Abby D’Souza à dsouza@ualberta.ca.

Traduction de l'article en tamasheq

A l’occasion de la COP26 de Glasgow, une série d’évènements organisés par le Fond International pour le Développement Agricole (FIDA ou IFAD) ont eu lieu autour du pastoralisme nomade et son impact dans la lutte contre les effets du changement climatique. Tin Hinan, en tant que membre de la WAMIP, a pris part à l’un de ces évènements le 6 novembre, dont l’objectif principal était de mettre en évidence le fait que le pastoralisme nomade est en fait une partie de la solution au changement climatique, et non un problème dont il faut découdre. Les échanges se sont effectués autour du thème : « Le pastoralisme nomade pour l'atténuation du changement climatique, la restauration des écosystèmes et les systèmes alimentaires résilients », avec la participation de Saoudata WALLET ABOUBACRINE, Secrétaire Générale de Tin Hinan ainsi que d’autres panélistes

L’intervention de la Secrétaire Générale était axée autour des connaissances et des stratégies d’adaptations au changement climatique développées par les communautés nomades pastorales. Sur cette même thématique, Tin Hinan a développé une expérience à travers ses projets dont "La Valorisation des savoirs et savoir-faire des femmes pastorales du Sahel dans le domaine de l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques" qui a été mis en œuvre essentiellement chez deux communautés une dans le cercle de Goundam, région de Tombouctou et l’autre à Darkoye province de l’Oudalan, Burkina Faso, qui ont réussi à protéger leurs espaces forestiers et ainsi mitiger certains effets du changement climatique. Aussi, un autre projet est celui intitulé "Les femmes pastorales du Sahel en mouvement", développé en collaboration avec une trentaine d'OSCs de femmes pastorales ; il est actuellement en exécution et démontre déjà des résultats en termes de renforcement de capacités et d’accompagnement des femmes pastorales.

Vu l’importance de ce rôle joué par les communautés pastorales et les OSC de femmes pastorales, il est indispensable de pouvoir consolider leur impact, par des programmes et partenariats impliquant ces communautés et mouvements de femmes et les acteurs d’aide au développement.

Quelques représentants de la WAMIP

La 27ème édition du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO) s’est tenu du 16 au 23 Octobre sous le thème « Cinéma d’Afrique et de la diaspora, nouveaux talents, nouveaux défis ». Comme à chaque édition, plusieurs œuvres sont en compétition dans différentes catégories, allant des courts métrages aux longs métrages et documentaires. Dans cette dernière catégorie, se trouve le documentaire « Marcher sur l’eau », réalisé par Aïssa MAIGA. Ce documentaire relate l’histoire de Tatiste, un petit village au nord du Niger, et le combat de ses habitants pour obtenir un forage qui permettra de puiser cette ressource rare qu’est l’eau, profondément dans le sol désertique.

Des jeunes femmes pastorales, membres du réseau des femmes pastorales du Sahel en mouvement ont apporté un soutien considérable à la réalisation de ce long métrage qui touchait leur communauté, en particulier lors du tournage. Fort de cet impact, l’une d’elle du nom d’Aïssatou IBRAHIM, membre de l’Association Baàjol Pulaku du Niger, était présente lors des projections pendant le FESPACO, et a reçu le soutien de Tin Hinan..

A l’issu du Festival, ce documentaire reçoit le prix spécial UEMOA de l’intégration, Catégorie Documentaire qui se compose d’un trophée et d’un chèque de 5 000 000 de francs CFA. Vu l’importance de la thématique soulevée dans le documentaire, notamment le quotidien des populations pastorales, en particulier des femmes, Tin Hinan et le réseau des Femmes pastorales du Sahel en Mouvement ont été très heureux de pouvoir contribuer à relater cette réalité et mener ce combat pour un meilleur accès aux infrastructures vitales des communautés pastorales.

Des membres du réseau Tin Hinan après la projection du documentaire "Marcher sur l'eau", Vendredi 22 Octobre 2021

Cette session s’est tenue virtuellement le 19 août 2021. La précédente session de préparation effectuée par Tin Hinan a permis aux 25 participants (21 femmes parmi lesquelles se trouvaient 15 jeunes filles et 04 hommes dont 02 jeunes) de suivre les différentes activités de la conférence dont  :

  • Un panel d’échange sur le thème : « le rôle des femmes autochtones dans le suivi et la mise en œuvre des instruments internationaux d’un point de vue local et international » , modéré d’ailleurs par l’une de nos membres, Dr Mariam Wallet Aboubakrine ;
  • Une session d’information sur des outils de plaidoyer et une présentation du rapport global sur la situation des femmes autochtones préparé par FIMI.

Les échanges ont été bénéfiques en termes de renforcement de capacités, de partages d’informations et de connaissances.

Cette participation est un acquis irréversible au mouvement de femmes pastorales d’Afrique de l’Ouest  francophone puisqu’il a permis à un grand nombre de leaders de femmes et de jeunes, issues des communautés pastorales et autres groupes, d’avoir accès à la conférence et à suivre avec intérêt les activités et les thèmes abordés par les panelistes et les différents groupes de travaux.

Tout en félicitant l’équipe de FIMI pour avoir facilité la tenue de la session, nous  souhaitons  une collaboration et une assistance plus appropriée aux mouvements des femmes autochtones francophones de l’Afrique de l’Ouest.

Au vu de cette expérience enrichissante, les participantes/participants du Sahel (Afrique) sont davantage motivés à suivre avec beaucoup d’intérêts les prochaines sessions de la 2CMFA, ainsi que d’autres processus internationaux les concernant

Un aperçu des panélistes de la session du 19 août 2021

Quelques participantes/participants pendant la conférence

La 2ème Conférence Mondiale des Femmes Autochtones (2CMFA) a lieu chaque jeudi du 12 août au 02 septembre 2021 en ligne. Elle constitue un espace d’échange virtuel rassemblant divers participantes/participants venus du monde entier. Les objectifs visés par cette conférence sont entre autres d’approfondir les débats autour des stratégies de plaidoyer à adopter dans les instances de décision pour faire reconnaître les droits des femmes autochtones, en particulier face à toutes les formes de violences auxquelles elles sont confrontées. Elle vise également à examiner la situation des mouvements des femmes autochtones à différents niveaux, de sorte à renforcer leurs capacités et faciliter le réseautage entre elles et avec d’autres acteurs. Il est donc primordial pour Tin Hinan, en tant qu’organisation de femmes pastorales, de prendre part à cette conférence en faisant participer les femmes pastorales de son réseau ainsi que les bénéficiaires du projet « Les femmes pastorales du Sahel en Mouvement/Rewbé maroobé Umima/Tanakra Chat Adjama » en Partenariat avec la Fondation Just Society (FJS).

Pour garantir une participation effective de ces groupes de femmes à cette conférence inclusive de haut niveau, et malgré l’isolement géographique, l’insécurité, le manque d’accès aux réseaux internet téléphonique, à l’énergie, le contexte de pandémie. Tin Hinan a relevé ces défis par une approche adaptée. En effet, elle a organisé une session d’apprentissage et d’échanges pour permettre aux femmes de son réseau de ne pas être en marge de cet évènement qui prône les droits et le bien-être des femmes autochtones et dont pour cette semaine le slogan est « Rien à propos de nous, sans nous ». Ainsi, une session sur ZOOM a eu lieu le mercredi 18 août 2021 de 16h à 18h GMT, et a rassemblé au total 25 participants, dont 04 hommes (02 jeunes) et 21 femmes parmi lesquelles se trouvaient 15 jeunes filles.

À la fin de la session, les participantes/participants ont pris connaissance des agendas des différentes sessions de la conférence ainsi que des thèmes abordés et autres évènements prévus. Les capacités des cibles ont été renforcées en termes de communication (prise de parole, prise en main des plateformes virtuelles comme Zoom, familiarisation avec le site web de la 2CMFA). Les échanges fructueux ont permis à ces groupes de femmes d’être en mesure de suivre et participer à la session de la 2CMFA du jeudi 19 août 2021.

         

Un aperçu des participantes/participants à la session de préparation

 

Jeunes femmes Peuls et Chet Tamasheq (Touareg), membres de Tin Hinan et OAFA-Afrique de l'Ouest au Niger lisant leur déclaration

En préparation de sa Vingtième Session, l’Instance Permanente des Nations-unies sur les Questions Autochtones (IPNUQA), a tenu des dialogues avec les  Peuples Autochtones (PA) des sept régions socio-culturelles, les États membres des Nations Unies (NU) et les agences, fonds et programmes des NU.L’Association pour l’Épanouissement de la femme nomade a participé à ses dialogues, notamment celui de la de la région Afrique  qui a eu lieu les 14 et 15 avril 2021 sur la plateforme virtuelle Zoom.En effet, nos membres des 3 pays sahéliens: Burkina Faso, Mali et Niger ont bravé le soleil, l’insécurité et les défis de connection et d’accessibilité internet pour faire entendre leurs préoccupations en tant que femmes nomades, celles de leurs peuples et de leur régions.Parmi ces préoccupations, il y a l'insécurité grandissante au Sahel, l’impact du changement climatique et des évènements climatiques dans cette région déjà très aride.Elles ont également insisté d'une part sur l’impact de la pandémie de la Covid-19 sur l’accès aux marchés, notamment de bétails d'autre part sur les conséquences des menaces précitées sur leur santé et bien-être y compris l’exposition aux violences basées sur le genre.Ce dialogue a aussi permis à notre association de mettre l’accent sur l’urgence de faciliter la participation des PA dans les prises de décisions, notamment les femmes et ceux vivants dans des zones éloignées ayant un accès limité au réseau internet, étant peu ou pas du tout habileté à travailler avec des outils numériques.Nos membres ont aussi partagé avec l’audience les bonnes pratiques qu’elles ont mises en oeuvre en tant que femmes de la zone sahélienne, par exemple, pour  face au changement climatique et en réponse à la pandémie.

Alors que nous saluons la grande participation des PA de notre région Afrique à ce dialogue venant de toutes nos sous-régions, la contribution des NU par le  Secrétariat de l'IPSDB-UNFPII, le Secrétariat de OHCHR et ONU-Femmes, nous regrettons l'absence des États africains, à qui nous tendons la main afin de relever ensemble nos défis.

Participant.e.s session2. du Dialogue Afrique.

Atténuation et adaptation aux effets des changements climatiques à travers les savoirs traditionnels des femmes pastorales du sahel, dans le cadre du projet financé par FIMI et exécuté par Tin-Hinan de 12/2018 à 09/2020. Il  a permis le renforcement des capacités des femmes, jeunes et leaders communautaires en techniques de production et à la commercialisation des fibres non lignées. Le processus d’homologation de certains produits comme la gomme arabique de Darkoye au Sahel Burkinabè et les fruits des grewia tenax (TARAKATE) et IN-FINE (grewia flavencias)  à Banguikogho (Mali)  en voie de disparition a été entamé. Plusieurs autres activités ont été menées dont l’aménagement du jardin des femmes, la restauration d’un puit, la plantation et le reboisement d’arbres, de plantes utilitaires et  médicinales.

En outre des ateliers de restitution des processus internationaux de mis en œuvre de l’accord de Paris (UNFCCC), convention biodiversité, comité intergouvernemental de la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et aux folklores (IGC) ont été organisés. Le projet a été finalisé par un atelier sous régional d’échanges intergénérationnels, de formation et de dynamisation des membres de l’OAFA, Afrique de l’Ouest