Skip to content

Dr Mariam WALLET ABOUBACRINE, Ancienne présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones de l’ONU et Membre de TIN HINAN CANADA, décrit le projet Ărramăt dans une interview accordée au Magazine Hebdomadaire Escale de ONU Info.

Lire la suite de l'interview ici.

La journée Internationale des Droits des Femmes se veut une une journée d’action, de sensibilisation et de mobilisation dédiée à la lutte pour les droits des femmes, l’égalité et la justice. C'est aussi l'occasion de mettre en avant les initiatives qui placent les femmes au cœur de la création ainsi que leur participation à la vie sociale, politique et économique. Dans cette optique, Tin Hinane a organisé ce samedi 12 mars, une formation autour du thème "Femmes vulnérables et NTIC : Stratégie pour un défi humanitaire, sécuritaire et sanitaire". L'objectif visé par cette formation est de permettre aux femmes bénéficiaires de comprendre l’intérêt de ces Technologies de l'Information et de la Communication, leur utilisation pour ainsi relever les défis sécuritaires , humanitaires et sanitaires auxquels elles sont confrontées en tant que femmes rurales, pastorales et surtout femmes vulnérables.

L'équipe de Féminin Actu était aux cotés de l'organisation pour la couverture médiatique des activités. Retrouvez l'article complet ici.

Était présente à la formation, la coordonnatrice nationale de WANEP Burkina (réseau ouest africain pour l’édification de la paix), Alice Kombary/Soulama aux côtés des membres de l’association.

Ărramăt est un nouveau projet financé par le Fond de Recherche Nouvelles Frontières (FRNF) du Canada de 2021 à 2027. Ce projet a été développé en réponse à la crise mondiale de la biodiversité et de la santé.

«Ărramăt est un mot tamasheq, la langue des Kel Tamasheq (du peuple Touareg) des régions du Sahel et du Sahara. Il signifie à la fois un état de bien être de l’environnement (ihenzuzagh), des animaux (irezedjen) et des personnes (edinet), ce qui reflète notre vision holistique du monde ». (https://arramatproject.org)

Plus de 150 organisations de Peuples autochtones, universités et autres partenaires travailleront ensemble pour mettre en lumière les problèmes complexes de la perte de biodiversité et ses conséquences sur la santé et le bien-être. L'équipe du projet adoptera une approche large et inclura de nombreuses visions du monde et différentes méthodes de recherche (c'est-à-dire intersectionnalité, interdisciplinarité, transdisciplinarité). Les activités seront menées dans 70 types d'écosystèmes différents, notamment spirituels, culturels et économiques, car ceux-ci sont également importants pour les populations autochtones.

Le projet est dirigé par les universitaires et militants autochtones Danika Billie Littlechild (Carleton), Mariam Wallet Aboubakrine (ancienne présidente de l'Instance permanente des Nations unies sur les questions autochtones et membre de Tin Hinane) et Sherry Pictou (Dalhousie University). John O'Neil (ancien doyen de la santé publique à Simon Fraser) et Murray Humphries (codirecteur du Centre pour les peuples autochtones, la nutrition et l'environnement à l'Université McGill) sont également les chercheurs principaux du projet. L'Université de l'Alberta est l'établissement principal du projet (dirigé par Brenda Parlee, chercheuse principale désignée).

L’Association Tin Hinane félicite l’équipe entière du projet Ărramăt dont elle fait partie, pour l’audace et la persévérance à proposer, enfin, un projet de recherche d’une telle envergure, co-dirigé par des autochtones, qui réhausse les savoirs traditionnels autochtones et met en avant leurs priorités.

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Mme Abby D’Souza à dsouza@ualberta.ca.

Traduction de l'article en tamasheq

Le 11 novembre 2021, dans le cadre de la COP26, la Banque Africaine de Développement et le Comité International de la Croix Rouge ont co-organisé un évènement sous le thème : « Combler le fossé : Orienter le financement climatique vers les communautés touchées par les conflits et la violence ». L’objectif de cette rencontre était principalement d’attirer l'attention sur l'urgence et les besoins immenses liés à l'absence inquiétante de financement climatique dans les pays et les communautés touchés par des conflits, pour ensuite définir des actions concrètes à mettre en œuvre. Plusieurs panélistes ont intervenus, dont Saoudata WALLET ABOUBACRINE, Secrétaire Générale de Tin Hinan. Sa présentation était axée sur l’appui de l’organisation aux femmes des communautés pastorales touchées par les conflits, à travers des projets visant une autonomisation économique de ces femmes. Parmi ces projets, nous avons "La Valorisation des savoirs et savoir-faire des femmes pastorales du Sahel dans le domaine de l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques" et "Les femmes pastorales du Sahel en mouvement" qui ont permis un renforcement des capacités des femmes pastorales sur la création et la gestion d’AGR en vue de leur autonomisation économique.

Un autre point abordé lors de la présentation concerne les défis auxquels ces communautés sont actuellement confrontées comme la rudesse du climat et la rupture du tissu social dû aux déplacements des populations fuyant l’insécurité. Une série de recommandations à l’endroit des partenaires financiers ont été énoncés pour une meilleure orientation du financement climatique vers les communautés pastorales. 

Parmi ces recommandations, nous avons en tête de liste la mise en place d’actions concrètes et radicales pour rétablir la paix et la sécurité dans les différentes zones concernées. Ensuite, il faut un renforcement et une multiplication des expériences de mise en œuvre de projets sur le climat, la résilience et ceux visant une autonomisation économique des femmes, en particulier celles des communautés victimes de ces conflits. Ces expériences doivent prendre en compte des renforcements de capacités dans l’utilisation de la finance numérique. Enfin, il faut une réelle mise à disposition des fonds climat dans les pays à haute insécurité tout en favorisant le partenariat avec les OSC de femmes et en prenant en compte les femmes pastorales et les jeunes.

A l’occasion de la COP26 de Glasgow, une série d’évènements organisés par le Fond International pour le Développement Agricole (FIDA ou IFAD) ont eu lieu autour du pastoralisme nomade et son impact dans la lutte contre les effets du changement climatique. Tin Hinan, en tant que membre de la WAMIP, a pris part à l’un de ces évènements le 6 novembre, dont l’objectif principal était de mettre en évidence le fait que le pastoralisme nomade est en fait une partie de la solution au changement climatique, et non un problème dont il faut découdre. Les échanges se sont effectués autour du thème : « Le pastoralisme nomade pour l'atténuation du changement climatique, la restauration des écosystèmes et les systèmes alimentaires résilients », avec la participation de Saoudata WALLET ABOUBACRINE, Secrétaire Générale de Tin Hinan ainsi que d’autres panélistes

L’intervention de la Secrétaire Générale était axée autour des connaissances et des stratégies d’adaptations au changement climatique développées par les communautés nomades pastorales. Sur cette même thématique, Tin Hinan a développé une expérience à travers ses projets dont "La Valorisation des savoirs et savoir-faire des femmes pastorales du Sahel dans le domaine de l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques" qui a été mis en œuvre essentiellement chez deux communautés une dans le cercle de Goundam, région de Tombouctou et l’autre à Darkoye province de l’Oudalan, Burkina Faso, qui ont réussi à protéger leurs espaces forestiers et ainsi mitiger certains effets du changement climatique. Aussi, un autre projet est celui intitulé "Les femmes pastorales du Sahel en mouvement", développé en collaboration avec une trentaine d'OSCs de femmes pastorales ; il est actuellement en exécution et démontre déjà des résultats en termes de renforcement de capacités et d’accompagnement des femmes pastorales.

Vu l’importance de ce rôle joué par les communautés pastorales et les OSC de femmes pastorales, il est indispensable de pouvoir consolider leur impact, par des programmes et partenariats impliquant ces communautés et mouvements de femmes et les acteurs d’aide au développement.

Quelques représentants de la WAMIP

La 27ème édition du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO) s’est tenu du 16 au 23 Octobre sous le thème « Cinéma d’Afrique et de la diaspora, nouveaux talents, nouveaux défis ». Comme à chaque édition, plusieurs œuvres sont en compétition dans différentes catégories, allant des courts métrages aux longs métrages et documentaires. Dans cette dernière catégorie, se trouve le documentaire « Marcher sur l’eau », réalisé par Aïssa MAIGA. Ce documentaire relate l’histoire de Tatiste, un petit village au nord du Niger, et le combat de ses habitants pour obtenir un forage qui permettra de puiser cette ressource rare qu’est l’eau, profondément dans le sol désertique.

Des jeunes femmes pastorales, membres du réseau des femmes pastorales du Sahel en mouvement ont apporté un soutien considérable à la réalisation de ce long métrage qui touchait leur communauté, en particulier lors du tournage. Fort de cet impact, l’une d’elle du nom d’Aïssatou IBRAHIM, membre de l’Association Baàjol Pulaku du Niger, était présente lors des projections pendant le FESPACO, et a reçu le soutien de Tin Hinan..

A l’issu du Festival, ce documentaire reçoit le prix spécial UEMOA de l’intégration, Catégorie Documentaire qui se compose d’un trophée et d’un chèque de 5 000 000 de francs CFA. Vu l’importance de la thématique soulevée dans le documentaire, notamment le quotidien des populations pastorales, en particulier des femmes, Tin Hinan et le réseau des Femmes pastorales du Sahel en Mouvement ont été très heureux de pouvoir contribuer à relater cette réalité et mener ce combat pour un meilleur accès aux infrastructures vitales des communautés pastorales.

Des membres du réseau Tin Hinan après la projection du documentaire "Marcher sur l'eau", Vendredi 22 Octobre 2021

La 2ème Conférence Mondiale des Femmes Autochtones (2CMFA) a lieu chaque jeudi du 12 août au 02 septembre 2021 en ligne. Elle constitue un espace d’échange virtuel rassemblant divers participantes/participants venus du monde entier. Les objectifs visés par cette conférence sont entre autres d’approfondir les débats autour des stratégies de plaidoyer à adopter dans les instances de décision pour faire reconnaître les droits des femmes autochtones, en particulier face à toutes les formes de violences auxquelles elles sont confrontées. Elle vise également à examiner la situation des mouvements des femmes autochtones à différents niveaux, de sorte à renforcer leurs capacités et faciliter le réseautage entre elles et avec d’autres acteurs. Il est donc primordial pour Tin Hinan, en tant qu’organisation de femmes pastorales, de prendre part à cette conférence en faisant participer les femmes pastorales de son réseau ainsi que les bénéficiaires du projet « Les femmes pastorales du Sahel en Mouvement/Rewbé maroobé Umima/Tanakra Chat Adjama » en Partenariat avec la Fondation Just Society (FJS).

Pour garantir une participation effective de ces groupes de femmes à cette conférence inclusive de haut niveau, et malgré l’isolement géographique, l’insécurité, le manque d’accès aux réseaux internet téléphonique, à l’énergie, le contexte de pandémie. Tin Hinan a relevé ces défis par une approche adaptée. En effet, elle a organisé une session d’apprentissage et d’échanges pour permettre aux femmes de son réseau de ne pas être en marge de cet évènement qui prône les droits et le bien-être des femmes autochtones et dont pour cette semaine le slogan est « Rien à propos de nous, sans nous ». Ainsi, une session sur ZOOM a eu lieu le mercredi 18 août 2021 de 16h à 18h GMT, et a rassemblé au total 25 participants, dont 04 hommes (02 jeunes) et 21 femmes parmi lesquelles se trouvaient 15 jeunes filles.

À la fin de la session, les participantes/participants ont pris connaissance des agendas des différentes sessions de la conférence ainsi que des thèmes abordés et autres évènements prévus. Les capacités des cibles ont été renforcées en termes de communication (prise de parole, prise en main des plateformes virtuelles comme Zoom, familiarisation avec le site web de la 2CMFA). Les échanges fructueux ont permis à ces groupes de femmes d’être en mesure de suivre et participer à la session de la 2CMFA du jeudi 19 août 2021.

         

Un aperçu des participantes/participants à la session de préparation

Association Tin-Hinan : Mieux renforcer les capacités des femmes pastorales en vue de leur autonomisation.

Le lancement officiel des activités avec les acteurs de mise en œuvre du projet « Les femmes pastorales du Sahel en mouvement », suivi de l’atelier de démarrage et d’appropriation dudit projet ont eu lieu dans la matinée du lundi 22 juin 2021 à Ouagadougou.
Cette rencontre qui a réuni plus d’une trentaine de personnes issues de Tin Hinan, OAFA Burkina Faso (BF), des organisations de femmes et jeunes filles des communautés pastorales et des autorités administratives, politiques et coutumières est l’œuvre de l’Association Tin-Hinan en partenariat avec Foundation Just Society a expliqué la Secrétaire Générale (SG)de l’association Tin Hinan et membre de l’Association pour l’épanouissement des femmes nomades, Saoudata Walet Aboubacrine .
👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇👇
Lire la suite ici 👉👉 www.femininactu.com

Automisation_socioéconomique_des_femmes_pasteurs_du_Sahel

Dr Tegwendé Modeste Yerbanga promet d'accompagner l'association Tin-Hinan.
Le ministre en charge des ressources animales et halieutiques, Dr Tegwendé Modeste Yerbanga a présidé dans la matinée du 22 juin 2021 à l'hôtel Ricardo, la cérémonie de lancement du projet " Les femmes pastorales du Sahel en mouvement". C'était en présence du deuxième adjoint au maire de l'arrondissement 4 de Ouagadougou, et le maire de Gorom-Gorom.
Le Projet: " Les femmes pastorales du Sahel en mouvement" est une initiative de l'association Tina-Hinan ( ATH). Il vise à promouvoir l'autonomisation socioéconomique des femmes et des jeunes filles à travers le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Les bénéficiaires directs de ce projet sont: les organisations pastorales de l'Afrique de l'ouest francophone surtout celles affiliées à Tin Hinan qui ont fait leurs preuves auprès de leurs communautés et organisations.
Le ministre en charge des ressources animales et halieutiques, Dr Tegwendé Modeste Yerbanga a salué ce projet de l'association Tin-Hinan. Il a confié que le projet " les femmes pastorales du Sahel en mouvement" s'inscrit en droite ligne des priorités du programme de son son excellence monsieur Roch Marc Christian Kaboré, Président du Faso qui fait de la promotion de l'automatisation socioéconomique des jeunes filles et femmes son cheval de bataille. De ce fait, il a rassuré les responsables du projet de l'accompagnement technique et financier de son ministère.
La secrétaire générale de l'association Tin-Hinan, Saoudata Aboubacrine s'est réjoui de l'intérêt que le ministre accorde à leur projet. Elle a invité les partenaires techniques et financiers et les organisations pastorales à accompagner la mise en œuvre de ce projet qui va contribuer à la résilience et la lutte contre la vulnérabilité des femmes pasteurs.
DCPM/ MRAH

Atténuation et adaptation aux effets des changements climatiques à travers les savoirs traditionnels des femmes pastorales du sahel, dans le cadre du projet financé par FIMI et exécuté par Tin-Hinan de 12/2018 à 09/2020. Il  a permis le renforcement des capacités des femmes, jeunes et leaders communautaires en techniques de production et à la commercialisation des fibres non lignées. Le processus d’homologation de certains produits comme la gomme arabique de Darkoye au Sahel Burkinabè et les fruits des grewia tenax (TARAKATE) et IN-FINE (grewia flavencias)  à Banguikogho (Mali)  en voie de disparition a été entamé. Plusieurs autres activités ont été menées dont l’aménagement du jardin des femmes, la restauration d’un puit, la plantation et le reboisement d’arbres, de plantes utilitaires et  médicinales.

En outre des ateliers de restitution des processus internationaux de mis en œuvre de l’accord de Paris (UNFCCC), convention biodiversité, comité intergouvernemental de la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et aux folklores (IGC) ont été organisés. Le projet a été finalisé par un atelier sous régional d’échanges intergénérationnels, de formation et de dynamisation des membres de l’OAFA, Afrique de l’Ouest