Skip to content

Tin Hinan à la COP26 de Glasgow : Orienter le financement climatique vers les communautés touchées par les conflits et la violence

communautés touchées par les conflits et la violence

Le 11 novembre 2021, dans le cadre de la COP26, la Banque Africaine de Développement et le Comité International de la Croix Rouge ont co-organisé un évènement sous le thème : « Combler le fossé : Orienter le financement climatique vers les communautés touchées par les conflits et la violence ». L’objectif de cette rencontre était principalement d’attirer l'attention sur l'urgence et les besoins immenses liés à l'absence inquiétante de financement climatique dans les pays et les communautés touchés par des conflits, pour ensuite définir des actions concrètes à mettre en œuvre. Plusieurs panélistes ont intervenus, dont Saoudata WALLET ABOUBACRINE, Secrétaire Générale de Tin Hinan. Sa présentation était axée sur l’appui de l’organisation aux femmes des communautés pastorales touchées par les conflits, à travers des projets visant une autonomisation économique de ces femmes. Parmi ces projets, nous avons "La Valorisation des savoirs et savoir-faire des femmes pastorales du Sahel dans le domaine de l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques" et "Les femmes pastorales du Sahel en mouvement" qui ont permis un renforcement des capacités des femmes pastorales sur la création et la gestion d’AGR en vue de leur autonomisation économique.

Un autre point abordé lors de la présentation concerne les défis auxquels ces communautés sont actuellement confrontées comme la rudesse du climat et la rupture du tissu social dû aux déplacements des populations fuyant l’insécurité. Une série de recommandations à l’endroit des partenaires financiers ont été énoncés pour une meilleure orientation du financement climatique vers les communautés pastorales. 

Parmi ces recommandations, nous avons en tête de liste la mise en place d’actions concrètes et radicales pour rétablir la paix et la sécurité dans les différentes zones concernées. Ensuite, il faut un renforcement et une multiplication des expériences de mise en œuvre de projets sur le climat, la résilience et ceux visant une autonomisation économique des femmes, en particulier celles des communautés victimes de ces conflits. Ces expériences doivent prendre en compte des renforcements de capacités dans l’utilisation de la finance numérique. Enfin, il faut une réelle mise à disposition des fonds climat dans les pays à haute insécurité tout en favorisant le partenariat avec les OSC de femmes et en prenant en compte les femmes pastorales et les jeunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *